Taking too long? Close loading screen.

Fa’atura Tahatai Restauration…

ENVIRONNEMENT Lancement du projet « Fa’atura Tahatai Restauration et Valorisation des Ecosystèmes Littoraux des Îles-de-la-Société.
Une importante délégation composée de représentants des ministères et des services du Pays concerné par un projet de la commune de Moorea-Maiao, de l’Institut Louis Malardé, de l’Agence ‘Ōpua, du Comité français de l’UICN, Te Mana O Te Moana, Tahitian Historical Society, la FAPE-Te Ora Naho, avec l’appui scientifique, technique et logistique de la Délégation à la Recherche de Polynésie française et l'écomusée Te Fare Natura s’est retrouvée ce mardi 19 mars à Opunohu, sur le site Kellum.
Cette rencontre avait pour but de lancer officiellement un projet de restauration écologique porté par la commune de Moorea-Maiao dans le cadre de la révision de son PGA (Plan général d’aménagement).
Ce projet est mis en œuvre avec le soutien financier de l'État au titre du Fond vert-France nation verte et la Fondation de France, pour permettre de mener des actions de restauration de végétation indigène littorale. L’enveloppe de 2023 pour l’ensemble des projets territoriaux s’élevait a un peu plus d’un milliard. Celle pour 2024 elle n’est pas encore définie.
Cinq sites dans trois îles de l'archipel de la Société ont été choisis pour bénéficier de ces fonds (Tahiti, Moorea et Tetiaroa), dans une démarche de Solutions fondées sur la Nature.
✔️Un programme de formation et de sensibilisation à l’importance de protéger et "renaturer" le littoral sera mené en parallèle, y compris auprès des scolaires, afin de faire prendre conscience de l’intérêt de cette approche en alternative à l’enrochement pour l’aménagement du littoral.
📍 Le site choisi pour Moorea, commune qui ouvre le lancement du projet « fa’atura te tatahi » (protégeons le littoral) est celui situé à Opunohu faisant partie de la propriété Kellum. Un site à l’état naturel composé de purau, mape et autres végétations typiques du littoral des îles polynésiennes parfois invasives.

Avant de dévoiler le contenu du projet « Fa’atura te tahatai » (restauration et valorisation des écosystèmes littoraux des Îles-de –la –Société), un bref état des lieux a été présenté aux invités composé d’une cinquantaine de personnes issus de différents milieux associatif, de différents services de l’Etat du Pays et de la Commune notamment sur la présence des remblais maritimes et sur le processus d’artificialisation du rivage par l’Homme. Premier effet, la réduction de la zone de dispersion d’énergie provoquant des vagues plus fortes et plus hautes donc destructrices. On constate en effet par cette forte exposition, de fortes dégradations environnementales, disparition des plages notamment. Des solutions sont apportées par les bonnes pratiques qui, sans secret, consiste à limiter les ouvrages de protection avec des enrochements à réaliser en pente douce, la végétalisation du littoral. Un procédé qui permet de rétablir l’équilibre physique d’une plage, parfois à combiner avec des méthodes dites « douces » (apport de boudins géotextiles, pose de pieux, matelas de branches, gabions en bois végétalisés …)

Le projet
Trois sites ont été arrêtés :
Le site concerné à Opunohu est situé en bord de mer entre le fare Kellum et la route vers l’embouchure de la rivière. Soit une surface de 4000 m2 recouverte d’une végétation bien établie mais soumise à l’érosion. Le projet présenté par Olivier Poté, directeur du Fare Natura et président de l’association « Tahitian Historical Society » fondée en 1926, consisterai à gérer davantage les plantes invasives instaurer un protocole de restauration, la plantation de différentes espèces, avec suivi dans le temps du développement de cette végétalisation sur ce site qui deviendrait à terme un site de visites pour scolaire, étudiants, et public en général.
Concernant Temae, le site choisi est de même surface (4000 m2) situé au pk 1,5 côté mer en bordure du golf. C’est un site de ponte de tortues avec une végétalisation là aussi bien établie, mais lui aussi soumis à érosion. L’abattage des aito (arbre de fer aux conséquences nuisibles du sol est recommandé) le projet serait de « revégétaliser » le site de plantation suivant un protocole pour une restauration établie.
Concernant le site de Paea. Jean-Yves Meyer, scientifique attaché à la Délégation de la Recherche a précisé que ce site, l’un des rares restés végétalisés en bord de mer dans cette commune, est celui de l’ILM lancé lors d’un premier programme de restauration engagé en 2021-2022 dans le cadre d’un projet de site pilote de restauration du littoral. Le projet fa’atura tahatai consisterait à rectifier les actions de restauration, y apporter un suivi pour à terme, comme pour Opunohu, permettre l’organisation de visite scolaire, d'étudiants etc..
Autre objectif à terme, proposer un kit de savoir-faire pour des projets de restauration plus importants du Pays.
Enfin c’est Cécile Gaspar, vétérinaire et fondatrice de Te Mana o te Moana qui a présenté le projet Fa’atura Tahatai Tetiaroa.
Deux motu sont concernés : le motu Onetahi et le motu Honuea, deux motu qui rassemblent 4 sites de ponte de tortues sur l’atoll sur les huit comptabilisés sur l’atoll. Soit 300 m2 environ par site avec des objectifs là encore bien précis, gestion de l’érosion de certains littoraux, arrachage de aito, replantation sur des espaces préalablement nettoyés. Depuis la présence de te mana o te moana à Tetiaroa, 300 000 bébés tortues ont été comptabilisés, issus des 8 sites répertoriés sur les 12 motu que compte l’atoll.
☀️Une visite sur terrain à ensuite été organisée pour une plus grande compréhension du projet, visite faite à Opunohu dans un premier temps avec une halte à la pépinière.
Durant la présentation du projet « Fa’atura Tahatai » plusieurs intervenants ont pris la parole en plus des trois personnalités précités : dont Mahanatea Garbutt conseillère technique des ressources Marines(Pays), Hereiti Arapari Oopu, en charge de PGEM de la Commune de Moorea-Maiao au coté de Solange Vane responsable PGA ; Moea Pereyre vice présidente de la Fape, et Etienne de la Fouchardière secrétaire général adjoint de la subdivision administrative des Australes (HC).
Précédent Intervention dans l’école de Papetoai – PGEM

Moorea surnommée l’île sœur est l’un des endroits les plus mémorables de Polynésie, de par sa beauté, son authenticité, ainsi que la convivialité et la gentillesse de sa population.

Page Facebook de la Commune

Nous situer

Commune de Moorea - Maiao © 2024. Tous les droits sont réservés.