Taking too long? Close loading screen.

Journée du Tapa

Hiria Ottino, les équipes du Arioi Center de Hinatea Colombani ainsi que celles du Fare Natura et de l'association Tahitian Historical Society, ont organisé "La journée du Tapa" ce samedi 7 octobre 2023 dans la vallée d'Opunohu.
🟤 Le tapa, cette étoffe faite à partir de l’écorce interne du mûrier à papier « aute », banian « ora » de uru ou de Mati, décorée de motifs variés était à l’honneur ce samedi 7 octobre 2023.
Un programme élaboré par le fare Natura que dirige Olivier Poté et de l’équipe de Arioi Centre de Papara était proposé au grand public, en présence de la Princesse Frédérica Tuita du Royaume de Tonga, de la vice-présidente du Pays Eliane Tevahitua ministre de la Culture, de l’Enseignement supérieur, de l’Environnement, du Foncier et de l’Artisanat, en charge des Relations avec les Institutions et du ministre de l’agriculture Taivini Teai en charge et des Ressources marines, en charge de l’Alimentation et de la Recherche et bien entendu du maire de Moorea-Maiao Evans Haumani rejoint par quelques conseillers municipaux.
Cette journée du tapa, soutenue par le Pays, l’association Tahitian Historical Society et le centre culturel Arioi a débuté par une conférence dans l’amphithéâtre du Criobe sur cette étoffe symbole culturel de l’Océanie dont la fabrique est réservée aux femmes.
🟢 La Vice-Présidente Eliane Tevahitua a rappelé l’origine culturelle du banian, l’une des espèces utilisées pour sa fabrique, une branche cassée accidentellement d’un Ora par Hina déesse de la Lune, et qui est tombée de la Lune sur la Terre. Ce fut le début d’une colonisation de cette plante sur terre… »
🟢 Taivini Teai ministre de l’agriculture a rappelé quant à lui que, « le tapa c’est comme l’or, cette matière « divine » malléable que l’on peut affiner, tout comme le tapa qui d’une écorce grossière, on en tire une feuille de papier aussi fine de la soie ».
Selon l’ouvrage « tapa » du regretté Michel Charleux, le tapa était utilisé pour la création de couverture et de vêtements de cérémonie.
« L’étoffe est portée par les groupes de danse à l’occasion de rites, de représentations et les spectacles de nombreuses sociétés d’Océanie.
Le tapa est aussi utilisé comme décoration, comme monnaie d’échange ou pour être offert au cours des cérémonies de mariage ou de baptême ».
Le tapa est obtenu de l’écorce interne du « aute » à ne pas confondre avec l’hibiscus. C’est en grattant la couche interne que l’on extrait la matière première de l’écorce pour une étoffe blanche, de l’écorce de l’arbre à pain ou du banian pour une étoffe brun-rouge.
Cette matière première représente le liber (partie de l’écorce où l’on retrouve la sève). On la roule ensuite en boule.
L’écorce doit être assouplie. Pour cela, elle est mise à tremper pendant 2 ou 3 jours dans l’eau.
Vient alors le processus du battage des morceaux de cette écorce sur une enclume de pierre ou de bois en tau le « tutua » à l’aide d’un battoir en bois « i ‘e ». Les fibres vont s’étaler et le volume de l’écorce grossira.
La fibre obtenue sera pliée en plusieurs couches et à chaque fois battue plusieurs fois jusqu’à obtenir une étoffe Le but est d’obtenir une pièce de tissu carré ou rectangulaire.
Un tapa long de 33m dévoilé au public
Un second rendez-vous était pris à l’intérieur du Fare Natura après la présentation dans l’amphithéâtre d’un magnifique tapa de 5m, offert par la princesse Frederica du Royaume de Tonga à l’écomusée Fare Natura que dirige depuis son ouverture Olivier Poté.
Le second tapa dévoilé au public, a été celui offert par la reine-mère Tuita à Hiria Ottino président de l'association pour l’amitié des Chinois dans le Pacifique, pour le baptême de Lilikoimana, sa fille.
La cérémonie avait eu lieu le 23 juillet dernier à Tonga.
Il s’agit d’un tapa de 33 m réalisé en plusieurs mois par toute une communauté, ce tapa est aujourd’hui exposé dans le grand hall du Fare Natura.
Domaine agricole géré par l'association Tahitian Historical Society
La Tahitian Historical Société, présidée depuis 3 ans par Olivier Poté, a été créée par les arrières grands-parents de Hiria Ottino, la famille Kellum. Cette famille américaine a qui acheté aux enchères publiques, le domaine de Opunohu en 1925 et qui venait d’être confisqué à un consortium allemand par l’Etat pendant la première guerre mondiale. L’association Tahitian Historical Society s’était donnée pour mission de protéger et restaurer les anciens sites archéologiques polynésiens. Ceux de la vallée de Opunohu, mais aussi ceux bien connus de Taputapuatea.
Aujourd’hui c’est cette association qui gère le domaine agricole Kellum. Ainsi, le public était convié à se rendre sur une partie du domaine situé côté montagne de la célèbre maison familiale, l’une des plus anciennes de l’île de Moorea encore habitée (1926).
Hinanui Cauchoi du cabinet de la vice-présidente, a présenté le projet de reconstruction d’un fare potee, sur les fondations d’un ancien vestige qui était l’un des plus grands fare potée de la région. Le projet est soutenu par le Pays et sera reconstruit par des jeunes de Papetoai.
Une vingtaine de "aute" plantée
Le public et en particulier les enfants, étaient conviés à planter un « aute » offert par l’association Arioi de Hinatea Colombani qui, lorsque le plant aura atteint l’âge adulte, sera donné aux associations de Moorea, écoles, voire des particuliers, qui auront pour mission de développer la culture du « aute » aujourd’hui pratiquement disparu de nos vallées.
Après un repas composé de poisson cru accompagné de produits du fenua de la terre produit par le domaine agricole de Opunohu, le public a assisté à une séance de battage du tapa.
Une vingtaine de "aute" plantée
Cet atelier de « mise en bouche » à la fabrication du tapa était conduit par Arioi qui a fait son déplacement de Papara avec une partie de son matériel : branche de « caoutchouc » plus facile a travaillé pour les novices, une vingtaine de « tutua » et de « i’e »
C’était l’occasion pour le public, adultes et enfants, de s’initier à la fabrique du tapa qui est loin d’être « une mince affaire » comme l’ont remarqué les stagiaires.
La journée du tapa s’est clôturée vers 15h.
Précédent Deux projets immobiliers présentés aux élus

Moorea surnommée l’île sœur est l’un des endroits les plus mémorables de Polynésie, de par sa beauté, son authenticité, ainsi que la convivialité et la gentillesse de sa population.

Page Facebook de la Commune

Nous situer

Commune de Moorea - Maiao © 2024. Tous les droits sont réservés.