Taking too long? Close loading screen.

Te ‘Ā’ai Nō ‘Āfare’āitu

TE ‘Ā’AI NŌ ‘ĀFARE’ĀITU

I terā ra tau, hou te mau papa’ā a tae mai i Mā’ohi Nui nei, tē noho ra te ‘aito ra ‘o Tapuhute ‘e tō na teina ‘o Fetunani’a i roto i te fa’a nō UUFAU ‘e te mau meho ri’i.

E’ere i te orara’a ‘oa’oa tō taua mau meho ra no te mea, ia hinaaro rātou i te mau maita’i nō roto mai i te tai, e rave rātou i te mau hotu o te fenua ‘ei taui. Mai te peu e faatura ‘ore rātou i te reira, e taparahihia te mau meho e te mau ‘ārioi, ‘oia te mau ta’ata e pārahi ra i tahatai. Te huru ia o te orara’a o te mau meho.

Tae aè ra hōè mahana, ua parau atu ra o Tapuhute i tō na teina : « Ananahi, ia tātaiao, e faaineine tāua i te ahimaā. E tuu tāua i te mau hotu o te fenua ato’a i roto mai te ‘uru, te mei’a, te pua’a e tē vai atu ra. E piti rā ahimaā tā tāua e faaineine, tā’u ‘e tā ‘oe, ia àma, e àmu oe tā oe e e àmu vau tā’u e ia pau roa. I reira e ìtehia ai o vai te àito. » Ua fārii te teina i taua ôpuaraa ra. I te àmaraa te maā, ua àmu o Tapuhute i tā na māa e ua pau roa. Areà rā ta Fetunanià, aita ia i pau. I parau ai o Tapuhute ē : « E ere oe i te àito, e àmu vau i tā oe ia pau atoà. »

I te paìaraa, ua hinaaro rāua e faaàti i te fenua nō ‘AIMEHO NUI I TE RĀRĀ VARU. I tō rāua taeraa i tahatai, ua taparahi-pohe-roa o Tapuhute i te mau mau àrioi e e mou roa aè ra. Tāmau ā nā ‘aito ra i tō rāua tere e tae roa aèra i te ‘ōti’a fenua nō Te’avaro e te tuhaa fenua no te rüàu (Afareaitu i teie mahana) tei piihia o Manino (ua mū te mau mea atoà). Nō te mataù o te taata ia Tapuhute, aore e māniania e faaroohia, inaha o TAPUHUTE teie I TE VĀVĀHI PAPA, àore e mea e mau e e ora i mua i tō na aro.

Ua haere noa rāua e tae aèra i te vahi parauhia o TE URE MĀRŌ, i reira nā ‘aito i te ‘aimārōraa « ‘O vai tē haere e àro i te àito vahine… ». Ua haapapü rä o Tapuhute e òia tei manuia… Ua tū te mana’o o na taeaè, o Tapuhute te àro i te àito vahine. Ua ìmi raua i teie nei àito vahine, tei te âpoo pape ‘oia e tō na mau teuteu vahine, tēnāue ra i te vai. Taìtaì aèra te tōrea nā tahatai, tāpaò faaìte ia ē, e ènemi teie.

No te onoono te pii a Tapuhute, haere mai nei o Teunuvahine i Tatutu i te hiti âpoo, tià noa mai ra i mua ia Tapuhute. Aita ta na e mauhaa no te àro atu ia Tapuhute maoti rā o to na anaè ra tino ravarava. Ua pii noa mai ra to na mau teuteu « A fare a ai atu, àfare a ai atu ! » Ua afare aèra i to na pareu, vaitahaa noa mai nei to na tino i mua i te mata o na àito no Faarua…

Ua hitimaùe o Tapuhute, ôtohe iho nei e haamoè atu ra na te pae tahatai na te vāhi i parauhia o TEHAO no to raua haamā rahi, inaha ua rē o Teunuvahine i Tatutu i nià i teie àito rahi tuiroo no Faarua o TAPUHUTE I TE VĀVĀHI PAPA.

Mai taua mahana ra, ua topahia teie àpoo pape o AFAREAITU, te iòa atoà ia o to matou mataèinaa.

Terā mai ia te tahi faatiàraa no te parau o AFAREAITU TE FARE ATUA, TE FARE ARII, AFAREAITU I TE PARAU RII HEREHERE.

Horo’a hia e Reupena.T a TERAI

L'HISTOIRE DE ‘ĀFARE’ĀITU

Jadis, bien avant l’arrivée des européens sur nos terres, vivaient dans la petite vallée de UUFAU, le guerrier « Tapuhute » et son frère cadet « Fetunani’a ». Des habitants de classe moyenne appelés les « meho » y résidaient également. 

Leurs conditions de vie n’étaient pas si joyeuses. Lorsqu’ils désiraient des produits de la mer, ils échangeaient les produits de la terre avec les « Arioi » qui habitaient en bord de mer. Si les « Meho » ne respectaient pas cette règle, ils sont tués.

Un jour, Tapuhute dit à son frère : « Demain matin, nous ferons chacun un four traditionnel. Nous y mettrons les bienfaits de la terre, du fruit de l’arbre à pain, des bananes, du porc, et bien d’autres encore. Quand tout sera prêt, chacun mangera ce qu’il a préparé jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien. »
Son frère accepta le défi. Lorsque tout était prêt, Tapuhute mangea toute sa nourriture contrairement à Fetunani’a. Il n’a pas pu terminer sa nourriture, son frère aîné lui dit : « Tu n ‘est pas un guerrier, laisse, je vais terminer. »

Rassasiés, les frères firent le tour de l’île de Aimeho. À leur arrivée sur la plage, Tapuhute vit les « Arioi » et les tua. Puis, ils continuèrent leur visite jusqu’à Te’avaro au lieu-dit Manino (tout est calme). Aucun bruit n’est entendu par crainte du grand guerrier Tapuhute. Sa renommée était si grande qu’on le nomma « Tapuhute i te vāvāhi papa », Tapuhute, briseur de socle. Tous ceux qui se tenaient devant lui, perdaient la vie.

Ils reprirent leur chemin jusqu’au lieu-dit « Te ure mārō », c’est à cet endroit que les frères ont débattu pour savoir qui affrontera la guerrière « Te unuvahine i Tatutu » de Afareaitu. Tapuhute s’exclama : « Je suis le plus fort, je suis le guerrier. C’est moi qui l’affronterai. » « Mais où est-elle ? »

Teunu-vahine-i-Tatutu était à la source accompagnée de ses suivantes. Elle se baignait tranquillement lorsqu’elle entendit le chant de l’oiseau « Torea ». C’est un signe, l’ennemi est proche. La guerrière sortir de l’eau et se trouva face à Tapuhute. Elle n’avait pas d’armes pour se défendre à part son propre corps. Ses suivantes s’écrièrent « A fare a ai atu ! » Teunu-vahine-i-Tatutu écarta ses jambes, leva son « pareu » et présentera son corps nu à son adversaire.

Face a cette scène, Tapuhute dévia son regard, il recula et s’en alla la queue basse, pris de honte car il venait de perdre face à la grande Teunu-vahine-i-Tatutu.

Depuis ce jour, la source fut appelée AFAREAITU. C’est également le nom que l’on donna à notre district.

Voilà donc une des versions de l’origine d’Afareaitu ; Afareaitu maison de Dieu, Afareaitu, maison royale, Afareaitu aux paroles d’amour.

Donné par TERAI Ruben

Te tahi mau ha’amāramaramara’a :
Tēhea ra ho’i ‘o Afareaitu ? : E ‘āpo’o teie i pīhai’iiho i te ‘ōutu nō Pa’ore’a. Mai te peu ē e hina’aro ‘outou e hi’o i taua ‘āpo’o pape ra, a haere atu i reira, ‘ua tāpo’i hia e te one i teie mahana.

AFAREAITU teie tōna aura’a :
‘ĀFARE : hāma’a te ‘āvae – AITU : a rave i te taata

Afareaitu i te fare ari’i. E aha i paurauhia ai ‘o Afareaitu i te fare ari’i ?
I tupu na te tama’i i mūta’aiho i TAHITI NUI MA RE’ARE’A i rotopū i te ari’i ‘e te nūna’a. Nō te pe’ape’a o te ari’i Pomare I o tei parauhia ‘o TU, ‘ōpuaa’e ra e fa’ahoro mai i tāna tamaiti e piti matahiti i AIMEHO NUI I TE RĀRĀ VARU i te vahi i parauhianei ‘o UMAREA, te ‘ōutu nō AFAREAITU ‘e tōna ato’a teie marae.

AFAREAITU I TE FARE ATUA, i afareaitu i te iritira’a hia te ‘evaneria a Ruatanā na roto i te reo mā’ohi i te ‘anotau o te mau mitionare peretāne

Toute reproduction ou utilisation sous toutes ses formes en tout ou en partie de ce document est strictement interdite sans l’autorisation des auteurs conformément à la loi du 11 mars 1957 et la loi du 3 juillet 1985, codifiées.

Moorea surnommée l’île sœur est l’un des endroits les plus mémorables de Polynésie, de par sa beauté, son authenticité, ainsi que la convivialité et la gentillesse de sa population.

Page Facebook de la Commune

Nous situer

Commune de Moorea - Maiao © 2024. Tous les droits sont réservés.