Taking too long? Close loading screen.

Te Fa’atara Nō Te’avaro

TE FA’ATARA NŌ TE’AVARO

E mou’a tei ni’a ‘o Te’ara’a. Te vahi i te’ahia ai te ‘āvae o te ‘aito ra ‘o Tapuhute i te vāvāhi papa, O tei hīmene-ato’a-hia i mūta’a ra ē : te pa’i’uma.

E ‘e’a manamana tei te ‘āivi i Pafara, tā’ahira’a nā Tepapari’i-i-te-nu’u-mari’iri’i. Ia ta’ahi te ‘aito tōna e’a manamana e ūehu te miti i roto i te moana fa’a’a’o i tua mai, e maro ai te roto.

E tahua tō te toa, ‘o Tahua Te’a, vāhi te’ara’a no te mau ‘aito i te ma’a hue.

Ia tātoru te rerera’a a te Tōrea mā te ta’ita’i, tae atu i te fenua o te pīha’a, tahatai, tapa’o fa’a’ite e, ua fa’aru’e mai te hō’ē o te mau tupuna i te ‘āi’a.

Ia tōrīrī te ua i Pafara, tāpa’o fa’aite i te nūna’a nō Te’avaro ē, E i’a rahi tei tomo mai i roto i te moana fa’a’ao i te i’a hi’u rau.

‘O Vai’are i te vai’are’are te nohora’a no te ‘aito ra Vahine’ura ‘e tāna pahu nui, e ō na te ‘aito nō Tautira o Hono’ura.

‘O Apiti’a, Tema’e i teie mahana, te vāhi nohora’a o te toa ra ‘o Tānetu’i.

« Tānetu’i ‘e, tāne taua’aro, tāne tei aroha iā’u : Tumi’i noa a’e na, tātā a’e vau »

Tānetu’i ‘e tāna ‘ōmore Teha’avivoitera’i, E ta’i vivo ‘ia mārevareva nā roto i te aore reva. Tāpa’o nō te upo’oti’a.

Ia ‘ama te rama ra o Hiria, mai te mou’a ra o Ra’airi e tae roa mai i roto i te roto vare’a, tapa’o fa’aite to Apitia e, ua topa te ava, taime ‘ohira’a i te ‘oiha’a e te ‘ūpa’i.

‘Auē te nehenehe o te parau o tō’u ‘āi’a ‘o Te’avaro.

APOÈME DE TEAVARO

« Te’ara’a » est le mont culminant de mon district Te’avaro. C’est en ce lieu que le pied du grand guerrier « Tapuhute i te vāvāhi papa » a été tiré à la flèche. Scandé aussi jadis « Te pa’i’uma ».

Sur la colline de « Pafara », on trouve un sentier sacré, lieu de passage de « Tepapari’i-i-te-nu’u-mari’iri’i » Lorsque le guerrier marche sur ce sentier sacré, la mer se disperse dans le lagon et devient sèche.

Le terrain de rassemblement des guerriers est « Tahua Te’a » lieu où ils tiraient leurs flèches sur les restes de nourriture.

Lorsque le pluvier survole trois fois en se dirigeant vers la terre « Piha’a » et en revenant au bord de la plage, c’est un message adressé à la population de Te’avaro, qu’un des ancêtres nous a quitté.

Quand il y a une bruine légère qui tombe à « Pafara », signe qu’un gros poisson est dans le lagon de « Moana-fa’a’ao-i-te-i’a-hi’u-rau ».

Le lieu de résidence de la guerrière « Vahine’ura » est « Vai’are i te vai’are’are ». Vahine’ura et son grand tambour, cadeau du guerrier Hono’ura de Tautira.

Le lieu de résidence du guerrier « Tanetu’i se trouve à Apiti’a, Tema’e aujourd’hui. « Tanetu’i », homme de combat, homme rempli de compassion pour moi : sors ta tête, pour que je puisse lancer mon arme, murmura son père ». « Tanetu’i » et sa lance « Teha’avivoitera’i » Le son mélodieux de la flûte nasale qui envoute, un signe de gloire.

Lorsque la lumière de « Hiria » scintille du mont « Ra’airi » jusqu’au lagon « Vare’a », c’est un message à la population de Apitia que la marée est basse, c’est le moment de ramasser les chevrettes et les crabes verts.

Oh ! Te’avaro mon district, mon histoire. Tu es une révélation.

Toute reproduction ou utilisation sous toutes ses formes en tout ou en partie de ce document est strictement interdite sans l’autorisation des auteurs conformément à la loi du 11 mars 1957 et la loi du 3 juillet 1985, codifiées.

Moorea surnommée l’île sœur est l’un des endroits les plus mémorables de Polynésie, de par sa beauté, son authenticité, ainsi que la convivialité et la gentillesse de sa population.

Page Facebook de la Commune

Nous situer

Commune de Moorea - Maiao © 2024. Tous les droits sont réservés.